• David Kennedy, un professeur d'histoire ancienne dans une université Australienne a utilisé des cartes satellites de Google Earth pour localiser 1,977 sites archéologiques potentiels, y compris 1.082 tombes en Arabie Saoudite. Le pays interdit la prospection archéologique pour des motifs d'état. Probablement qu'il serait assez dérangeant pour ces gens de découvrir que le pays avait une religion "barbare" avant l'Islam. Raison pour la quelle les tombes sont encore probablement intactes. Un pays dans lequel la prospection doit être donc spécialement porteuse. Une terre qui doit être riche en artefact de tout genre. 

     


  • Sarah Parcak vous ne la connaissez peut-être pas et pourtant, elle vient de gagner le prix de la meilleure conférence sur la plateforme TED et repart avec en poche plus d’un million de dollars. Sarah est professeur à l’université, égyptologue et anthropologue. Sarah se définit comme une archéologue de l'espace. En gros, elle passe ses journées à scruter les images satellite de la Terre pour trouver des indices qui pourraient conduire à des artefacts historiques enfouis depuis longtemps. Chaque fois que vous avez quelque chose enterré, il va être couvert par trois choses : la végétation, une sorte de terre ou de sable, ou quelque chose de moderne. Il faut donc savoir distinguer où se cachent les indices dans les images qui sont scrutées. Son but : dénicher les sites archéologiques encore inconnus. Elle adore faire cela et visiblement avec un immense succès. Google Earth est donc son meilleur ami et avec l’aide de ce dernier elle a découvert notamment plus de 17 nouvelles pyramides dans le désert égyptien ainsi qu’en Amérique du Sud. Elle aurait également débusqué plus de 1000 tombes dans le désert d’Egypte. Autant dire que ces informations sont des mines d’or. Utiliser des images d’un satellite n’est pas nouveau puisque déjà en 1980 la NASA embauchait un archéologue pour trouver des sites. Lors d’une interview elle dit en riant avoir comme objectif de devenir meilleure que les aventuriers de l’Arche perdue. Certains pensent que je peux voir à travers le sol car j’ai une grande réussite dit-elle. Mais il faut savoir déceler les indices à la surface du sol. Il y a quelques caractéristiques sous Google Earth qui ne trompent pas et indiquent à coup sûr la présence de vestiges archéologiques. Depuis quelques temps Sarah utilise aussi les images de Digital Globe qui sont encore de meilleure résolution que celles de Google Earth. Les images sont parfois retraitées par spectrographie. Bien que tous les pays l’intéresse, Sarah est spécialement attirée par trouver des vestiges en Egypte. C’est certain que pour n’importe quel archéologue, prospecteur ou chasseur d’artefacts, c’est une destination de rêve. 

    Durant ces journées, Sarah « découpe » le désert Egyptien en portion de 60 mètres par 60. L’image « découpée » est alors passée en mode « infrarouge ». Ce mode permet de déceler des détails que l’oeil humain ne pourrait pas voir en fait. 

    Certaines caractéristiques peuvent faire allusion au fait qu’il se trouve quelque chose sous terre. Comme par exemple des modifications dans la structure de la végétation. Des structures de pierres en sous-sol peut par exemple retarder la croissance de la végétation à un certain endroit. 

    L'exercice n'est toutefois pas si facile. Voici un lien avec différents exemples : 

    http://ideas.ted.com/gallery-archaeological-mysteries-hidden-in-satellite-images/

    Et voici le lien avec une conférence de Sarah :

    https://www.youtube.com/watch?v=GV5U_wPKwIY

    Comme quoi des aventures peuvent être vécues depuis derrière son PC. 


  • Le musée d'histoire naturelle de la ville de Bâle en Suisse accueille la plus grande exposition de momies au monde. En tout, plus de 60 momies de différents pays sont exposées. Une exposition qui pourrait être sympa à visiter donc. Voici le lien pour les personnes intéressées : 

    http://www.nmbs.ch/home/ausstellungen/sonderausstellungen/mumien.html


  • Une histoire de plus qui prouve qu'il y a toujours de belles trouvailles à faire. Alors que qu'un groupe de chasseurs traquaient des oiseaux dans la région de Skaftárhreppur un coin au sud de l'Islande, ils sont tombés sur un objet inattendu : une épée Viking. Elle se trouvait juste au sol, attendant d'être ramassée. Le chasseur a alors mis une photo sur Facebook. La photo a ensuite été vue par un archéologue Islandais qui a rapidement retrouvé l'objet. Après examen par des experts il s'avère qu'il s'agit d'une épée Viking. Le manche en bois est en bonne état même si le métal lui a subi la corrosion. Comme il y a eu des inondations dan la région, peut-être que l'épée a été dégagée de terre par le climat. Il est possible que la région abrite un cimetière Viking, il serait donc intéressant de prospecter le coin avec un détecteur de métaux grosse profondeur. 


  • La presse fait état de la découverte récente d’une « statue de la déesse-mère Kybele » en Turquie près du port d’Ordu. La statue de grande valeur a été sculptée dans de la météorite, ce qui fait qu'elle a pu être découverte avec un détecteur de métaux. La déesse est connue pour avoir "cohabiter" avec le célèbre Dieu Artémis. Un artefact d'une incroyable valeur donc. Une jolie trouvaille au pays des détecteurs de métaux Nokta (qui sont d'excellentes machines) 


  • Des crânes aux formes étrangement allongées ont été découverts par une mission archéologique en Russie aux abords du village de Zailloukovo (Karardino-Balkarie, Russie). Cela fait trois ans que la mission cherchait des tombes antiques dans la région. Les crânes mystérieux ont été retrouvés dans un complexe funéraire sarmate. Il y a quelques années, des crânes semblables ont été trouvés dans un autre village de la région. Les experts estiment que cette forme extraordinaire est le résultat d'une déformation volontaire du crâne. Cependant, il n'existe pas d'unanimité à l'égard de cette question, notamment parce que "technologiquement" les peuples antiques ne pouvaient pas avoir la capacité de construire des édifices comme les pyramides en Egypte ou en Amérique du Sud. Certains pensent qu'il pourrait s'agir d'une forme d'être humains très évoluées qui a existé jadis ou d'être venant des étoiles. A chacun sa propre théorie. Dans tous les cas ce sont des beaux artefacts.